La tentation de Venise

09 septembre 2018

Les russes nous espionnent...Ah ?

Rhooooo... il paraît que les russes nous espionnent ! C'est Mme la ministre des armées ( je ne sais pas comment elle s'appelle ) qui l'a dit...

Tu parles d'une nouvelle !!!!

Elle nous prends pour des dindes d'élevage ou bien... ?

Et Le NSA américain qui écoute toutes nos conversations, ne nous espionne pas ?

Et nous n'espionnons personnes ?

Tout le monde espionne tout le monde depuis des siècles !

Je ne vais pas gloser sur les orientations politiques de celui qui se prend pour Zeus régnant sur son troupeau de Demi Dieux aussi présomptueux qu'inutiles au bien-être de l'Humanité, d'autres, sur les journaux sérieux et informés, le font mieux que moi.

Le mépris du peuple français émanant de nos prétendues z'élites frôle là l'inconscience ! D'accord, nous sommes analphabètes ( comme nos pieds ? ), nous ne sommes donc pas aptes à saisir toutes les subtilités de la géo-politique et finance mondiale. D'accord. Mais tout de même.... Nous prendre pour des oies domestiques à ce point dépasse l'entendement !

Zeus, par l'entremise de sbires autant pédants qu'incompétents se prend, depuis le début de l'été, les pieds dans le très vieux tapis de l'ancien monde. La suffisance en sus.

Preuve qu'il n'a pas plus de probité et d'intelligence que tout un chacun...

N'est pas Machiavel qui veut.

La Russie, bouc émissaire récurrent de l'Occident a bon dos !

Les USA avaient collé Eltsine à aux russes qui en ont encore honte aujourd'hui... Vladimir, qui non seulement défend les intérêts de la Russie mais est un homme rancunier ( à juste titre en l'occurence ) leur a collé Trump. Un prêté pour un vomi comme disait Coluche.

Allons, Madame la Ministre de la Rigolade, gardez vos fausses nouvelles pour vos dîners de famille...

Nous, on a pas vraiment envie de rire.

 

Posté par Sylvie d L à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 septembre 2018

Promenons nous dans l'émoi...

Je déteste le cirque. Depuis la première fois que ma mère m'y a traînée, j'avais deux ans, j'ai une aversion viscérale pour tout ce qui contraint les animaux à faire autre chose que ce qu'il doivent faire dans l'environnement d'origine.

Un animal, qui plus est sauvage, est beau dans son milieu. Pas dans une cage.

Je déteste la corrida. Oserai-je avouer que j'éprouve une certaine satisfaction quand le pantin vêtu de satin criard se fait encorner ? J'avoue. Le jour où il entrera à mains nues dans l'arène face à la bête, je réviserai mon appréciation. Encore que : rien n'oblige qui que ce soit à  s'adonner à ce genre d'exercice...

Voir un orque dans un bassin, lui qui est fait pour la haute mer me met dans une rage folle... Quand il arrive qu'un soigneur se fasse....Oui j'avoue.

Je déteste ( oui encore ! ) les abrutis qui prennent un fusil pour aller estourbir, dans un orgasme aussi primaire qu'assassin, les pauvres bêtes de nos forêts.

Sont-ce les mêmes qui s'indignent de la présence des ours dans mes belles Pyrénées et des loups partout ailleurs ? Alors qu'ils étaient là avant eux ? Sûrement.

Sans parler des andouilles patentés qui vont à la campagne et s'insurgent des coqs qui " cocoricottent", des cloches qui sonnent, vengeresses, du haut de leur clocher,  les colliers des vaches qui tintent joyeusement, le lisier qui pue dans les champs ( le mieux c'est celui de canard )...

Mais qu'ils restent en ville ! Qu'ils profitent, même en été, des particules fines, des odeurs de diesel, du bruit de la circulation et des klaxons tonitruants ! Merde !

Et aussi je déteste Macron.

Voilà.

Posté par Sylvie d L à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2018

Elle vit avec 770 euros par mois...

Copine est en longue maladie. Bipolarité décelée à 56 ans suite à un licenciement sec et sans bavure. S'y ajoutent des troubles invalidants de l'anxiété.

Elle était vendeuse pour une société qui avait un stand aux Nouvelles Galeries de la grande ville pas loin de chez moi. Au Smic. Elle travaillait depuis l'äge de 17 ans sans avoir été un seul jour au chômage. Elle a, par les aléas de la vie, élevé ses deux filles seule ( son conjoint la battait depuis des années, elle est partie à 800 km de Paris, il voulait la tuer ).

Après son licenciement, elle a rebondi en faisant une formation d'aide soignante.

Puis elle est tombée et s'est cassé l'épaule. Impossible de se servir de son bras. Adieu la reconversion.

Aujourd'hui, elle touche 50% de son salaire et 139 E d'allocations logement.

Sa fille, étudiante, travaille au Mc DO pour payer ses études à la fac, ses transports, ses repas de midi. Mais son salaire est compté dans les revenus familiaux d'où la baisse d'APL .

Son loyer est 450 E mensuels. EDF 50 E. Sa mutuelle 50 E. Eau 30 E etc...

On lui a coupé son portable, internet, et elle a quatre mois de loyer en retard. Une coupure EDF ne saurait tarder.

Manger ? Se chauffer cet hiver ? Une utopie...

Pour faciliter sa vie, sa fille devrait partir pour qu'elle ne soit plus comptabilisée avec ses revenus.

Avec 9OO euros bourses comprises : se loger, se nourrir, assumer ses transports, s'éclairer,  se chauffer,  payer ses fournitures en Arts plastiques, sa mutuelle, internet... Oui je sais, elle n'est pas la seule... Mais elle a déjà un toit, non ? Donc double dépense d'APL pour l'état : une pour elle, une pour sa mère !  Incohérent.

Copine devra déménager aussi. Mais pour déménager elle doit régler ses arriérés de loyer. Comment ? Donc une dette qui s'alourdit. Incohérent.

Elle devra demander une aide pour une nouvelle caution et le déménagement. Encore l'argent de l'état.

Comment peut-on, en 2018, en arriver à de telles situations kafkaïennes ? Des situations qui coûtent une fortune à l'état et qui ne résolvent rien ?

Il est où le monde nouveau ? Menteurs ! L'ancien monde à de beaux jours devant lui !

Reste l'invalidité jusqu'à la retraite. Des mois que son dossier est à l'étude.... Elle est un matricule de plus, un endroit dans une pile, un numéro, une abstraction administrative. Et elle n'est sûre de rien. Elle peut rester quatre ans comme ça !

Il lui restera la rue. ( non, je ne la laisserai pas dans la rue ).

Son anxiété devient paroxystique, elle déprime... ce qui n'arrange pas sa bipolarité.

C'était une fille active, gaie, courageuse, volontaire, bosseuse.

Sa situation en fait une loque.

Je hais les politiques.

 

 

 

Posté par Sylvie d L à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Avoir des enfants, c'est chiant....

...et je sais de quoi je parle vu que j'en ai cinq.

Maintenant, bien sûr, ce sont de vieux enfants. Mais ce n'est pas tellement plus simple. Ce sont des enfants collants;.Des enfants " clans " qui ne font rien les uns sans les autres. Et pas grand-chose sans nous.

Attention : je les ai tous voulus !

Mais cela n'empêche pas d'être honnête et lucide : les enfants c'est chiant ! Petits ou grands c'est la galère...

Bon, soyons sincères, c'est aussi très pratique; Quand ils sont grands ça l'est encore plus !

Par exemple, là, depuis que Homme de ma vie est à l'hôpital, Fils sandwich ( entre quatre filles ) passe l'aspi, fait mon lit ( oui, mes vertèbres ) et fait les petites courses. Et puis il sort le chien. Celui que Fille dernière m'a refilé.

Les trois filles qui sont près de moi me mènent en voiture faire les grosses courses ( l'aînée, depuis Paris compatis ! ) et viennent me tenir compagnie. Bon, comme elles étaient toujours fourrées à la maison, rien ne change vraiment.

Sur ce coup là, parfait.

Sauf qu'ils ont tous un caractère de merde, le mien, et c'est pénible.

Non, je ne me plains pas, j'explique !

Et non, je ne suis pas cynique, je constate !

( pour les pisse-froid : nous nous aimons et surtout, surtout, nous avons le même humour  et le même regard sur nous même. A bon entendeur...).

Vous verrez...mes enfants sont vraiment chiants !

Posté par Sylvie d L à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2018

Un blog est fait pour ça non ?

Aïe !...

Encore un blog. Le...   je ne les compte plus depuis vingt ans que je blogue...

Sans doute une nouvelle vision de la vie qui se profile à l'horizon quelque peu tristounet de mes 68 ans. Beaucoup de questions existencielles depuis l'opération d'Homme de ma vie...

Mais ce ne sera pas le but de ce blog.

L'envie de ce blog, comme les précédents, est de parler de tout sans fard, sans filtres et en toute franchise.

La tentation de Venise c'est fuir ce qui dérange, fuir l'échec, fuir tout court.

Un blog est fait pour ça non ?

Et on ne tape pas sur la tête quand on est pas d'accord !

Posté par Sylvie d L à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


 
html>